A1 Journal article – refereed
Queering Bioethics: A Queer Bioethical Inventory of Surrogacy




List of Authors: Tiia Sudenkaarne
Publisher: Elsevier BV
Publication year: 2018
Journal: Ethics, Medicine and Public Health
Journal acronym: JEMEP
Volume number: 6

Abstract

Summary

Queer
bioethics is a latterly explicated field of bioethics developed by
Lance Wahlert and Autumn Fiester, focusing on gender nonconformity and
sexual diversity. Queer bioethical inquiries often involve people
identifying as lesbian, gay, trans, queer or intersex (= LGBTQI)
to name some of the established identity categories of such
nonconformity and diversity. Topics of queer bioethical interest can
include, for example, issues discussed in mainstream bioethics as gender reassignment or sex affirmation of trans- and intersex people respectively, or reproductive justice for same-sex couples accessing assisted reproduction technology.
Further, however, queer bioethics interrogates the basis on which
certain socio-medicalized views on gender and sexuality are justified in
medical ethics, wishing to critically renegotiate these justifications
to allow more human flourishing. This is also a call for dismantling the
cis- and heteronormative bioethical foundations of public health. This
article offers an introduction to queer bioethics accompanied by the
queer bioethics inventory (QBI) formulated by Wahlert and Fiester for
bioethical methodology, by focusing on the case of surrogacy
in Finland. The case is selected neither because it is the most queer
bioethically appalling nor because it is a rare one. On the contrary:
the case has nothing explicitly to do with LGBTQI people, and allowing
surrogacy as treatment is not globally uncommon. To subject a seemingly
non-queer, common bioethical practice, for a queer bioethical analysis
reveals the need for queer bioethics.

Résumé

La queer bioethics
est un domaine de bioéthique expliquée récemment développé par Lance
Wahlert et Autumn Fiester, centré sur la non-conformité entre sexes et
la diversité sexuelle. Les enquêtes bioéthiques transgenre impliquent
souvent des personnes qui s’identifient comme lesbiennes, gays, trans,
transgenre ou intersexué (= LGBTQI) pour nommer certaines des catégories
d’identité établies de cette non-conformité et diversité. Les sujets
d’intérêt queer bioethics peuvent comprendre, par exemple, les
questions abordées dans la bioéthique générale comme la réaffectation
des sexes ou l’affirmation du sexe des personnes trans- et intersexuées
respectivement, ou l’égalité de reproduction pour les couples de même
sexe accédant à la technologie de reproduction. Par ailleurs, la queer bioethics
interroge la base sur laquelle certains points de vue sociomédicaux sur
le genre et la sexualité sont justifiés dans l’éthique médicale,
désireux de renégocier de manière critique ces justifications pour
permettre un plus grand épanouissement humain. Il s’agit également de
démanteler les fondements bioéthiques cis-et hétéronormatif de la santé
publique. Cet article offre une introduction à la queer bioethics accompagnée de l’inventaire de la queer bioethics
(QBI) formulé par Wahlert et Fiester pour la méthodologie bioéthique,
en se concentrant sur le cas de la maternité de substitution en
Finlande. Le cas est choisi ni parce qu’il est le plus transgenre
bioéthiquement épouvantable ni parce qu’il est rare. Au contraire : le
cas n’a rien explicitement à voir avec les gens LGBTQI, et permettre la
maternité de substitution comme traitement est assez courant. Soumettre
une pratique bioéthique commune apparemment non-transgenre pour une
analyse queer bioethics révèle la nécessité de la queer bioethics.


Last updated on 2019-11-03 at 11:47